Monday, August 18, 2014

Recovering, France, August 2014


(c) Anne Paq/Activestills.org

As several people asked me about where I am and if I left Gaza, I just want to say that I am resting in France, surrounding by the love of my family and nature.
To be followed.

Comme plusieurs personnes m'ont demandé où je suis et si j'avais quitté la bande de Gaza, je veux juste dire que je me repose en France, entourée de l'amour de ma famille et de la nature.
A suivre.


Monday, August 04, 2014

Gaza Under Attack, day 28, 04.08.2014







 This is what remains of the kindergarden built by Italian NGO Vento de Terra in Um Al Nasser / 
C'est ce qui reste de l'école construite par l'ONG italienne Vento de Terra à Um Al Nasser

Um Al Nasser
Beit Hanoun


(c) Anne Paq/Activestills.org, Beit hanoun, Gaza Strip; 4.8.2014

Today during short ceasefire, Palestinians went back to their homes to take some of their belongings. They did not stay as they did not trust the ceasefire will last. Indeed the bombings resume. During the few hours, they could witness the devastation all around.

Aujourd'hui pendant la trève qui n'a pas tenu, les Palestiniens sont retournés chez eux pour prendre une partie de leurs affaires.  Mais ils ne sont pas restés car ils n'avaient pas confiance en le cesser le feu. En effet, les bombardements ont repris. Pendant ces quelques heures, ils n'ont pu que constater les dégâts immenses causés à leur ville et à leurs maisons.




Saturday, August 02, 2014

Gaza under attack, Day 26, 2.8.2014


 Beit Lahiya- Despite announcement by Israeli army of withdrawal of certain areas, many Palestinians did not go back to their houses for fear of further Israeli attacks
Beit Lahiya-Malgré l'annonce par l'armée israélienne du retrait de certaines zones, de nombreux Palestiniens ne sont pas retournés dans leurs maisons par crainte de nouvelles attaques israéliennes.
 
  Beit Lahiya

Destroyed Mosque in ash-Shati camp / une mosquée détruite à ash-Shati



Water and electricity shortages are becoming overwhelming.
Les pénuries d'eau et d'électricité sont de plus en plus graves
(c) Anne Paq/Activestills.org, Gaza Strip, 3.8.2014

Gaza under attack day 25, 1.08.2014



(c) Anne Paq/Activestills.org, 01.8.2014

Terrible scenes yesterday at Khuaza'a during the short ceasefire. Ruins. Bodies. Residents shocked by what they found. The smell of death. People running away from the renewal of shelling.  We had to cut short the documentation.

More photos here:

-------------------------------------------------------

Scènes terribles hier à Khuaza'a pendant la courte trêve. Des Ruines. Des corps sous les décombres. Les résidents choqués par ce qu'ils ont trouvé. L'odeur de la mort. Les gens  qui fuient à nouveau les bombardements. Nous avons dû arrêter notre reportage pour rentrer en hâte à Gaza
Plus de photos ici:




Wednesday, July 30, 2014

Gaza Under Attack, Day 24



A classroom of UNRWA Jabaliya elementary girls' school which was directly targeted by Israeli attacks. The school was hosted 3,300 Palestinians who thought they were safe. They were wrong. 17 were killed, mostly women and children and dozens were injured.

Une salle de classe d'une école de l'UNRWA à Jabaliya qui a été directement prise pour cible par une attaque israélienne. L'école accueillait 3.300 Palestiniens qui y avaient trouvé refuge et pensaient être en sécurité. Ils ont eu tort. 17 ont été tués, en majorité des femmes et des enfants et des dizaines ont été blessés



In Kamal Adwan hospital morgue, a baby girl Halima Suleyman, next to her mother Nihad also killed during the attack /à la morgue de l'hôpital Kamal Adwan  une petite fille Halima Suleyman, à côté de sa mère Nihad également tuée lors de l'attaque 



She lost her 17 year old son killed in the attack against the school, two of his other sons are  hospitalized.
Elle a perdu son fils de 17 ans tué dans l'attaque contre l'ecole, 2 autres de ses fils sont hospitalisées. 


Elsewhere in the Gaza Strip, more people were bombed, injured or killed
Ailleurs dans la Bande de Gaza, les attaques se sont multipliées et ont fait d'autres victimes.



 Another tragedy: the bombing of the market area of Shujaiyeh causes the death of at least 17, and injured more than 200. Al-Shifa hospital was overwhelmed by the flow of casualties. The attack occurred shortly after the Israeli army said it was observing a four-hour ceasefire 

Une autre tragédie: Le bombardement du marché de Shujaiyeh a entrainé la mort d'au moins 17 Palestiniens, et en a blessé plus de 200. L'hôpital Al-Shifa a été submergé par le flux de victimes. L'attaque s'est produite peu de temps après que l'armée israélienne a dit qu'elle observait un cessez-le-feu de quatre heures




 (c) Anne Paq/Activestills.org

I could not maintain my daily photo post. I have been overwhelmed by the events unfolding. Internet has been also irregular in the place I am staying and at night this is dangerous to move. Exhaustion, despair and rage made it more and more difficult to focus. Since I last wrote on this blog. Everyday seems worse that the previous day. There was an attack on a school today, and then on a market of Shujaiyeh .  A second strike on the market targeted the people who rushed to help the injured from the first strike. A journalist was killed, and 16 persons.
Hospitals were scenes of chaos, horror, and despair. It seems that in a room you have such a level of suffering that make it difficult to breathe. 

I know these images are difficult to watch. I must tell that I am not showing the most difficult ones. I have seen today a whole family who had burned alive after a shell set their home on fire.  They were hiding below the stairs, and could not get out. 

Only today more than 100 Palestinians were killed. 

We need not only that these attacks stop immediately but we need accountability. The idea that 300 children have been killed with total impunity is just unbearable.

---------------Français---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je ne suis pas arrivée à maintenir ma chronique photographique quotidienne. J'ai été submergée par les événements. L'internet a également été irrégulier dans l'appartement où je loge et la nuit il est trop dangereux de se déplacer.  L'épuisement, le désespoir et la rage font aussi qu'il m'est de plus en plus difficile de me concentrer. Depuis mon dernier écrit sur ​​ce blog, chaque jour semble pire que la veille. Il y eu une attaque contre une école des nations-unies aujourd'hui, puis sur un marché. Une deuxième frappe sur le marché de Shujaiyeh visait les gens qui sont venus pour aider les blessés de la première grève. Un journaliste a été tué. 
Les hôpitaux étaient encore le théâtre de scènes de chaos, d'horreur et de désespoir. Dans une pièce, il y a un tel concentré de souffrance qu'il y devient difficile de respirer. 

Je sais que ces images sont difficiles à regarder. Je dois dire que je ne montre pas les plus choquantes. J'ai vu aujourd'hui toute une famille qui a brûlée vive après qu'un obus a mis leur maison en feu. Ils se cachaient sous les escaliers, et n'ont pas pu sortir. 

Seulement aujourd'hui plus de 100 Palestiniens ont été tués.

Nous devons non seulement agir pour que ces attaques cessent immédiatement, mais nous avons besoin de justice. L'idée que 300 enfants ont été tués en toute impunité est tout simplement insupportable.


Sunday, July 27, 2014

Gaza under Attack, Day 20, 26.07.2014



A part of Shajaiya has become a disaster area 
Tout un quartier à Shajaiya est devenu une zone sinistrée


More than 80 bodies were collected from Shajayia, 
some still remain and the smell of death was everywhere
Plus de 80 morts ont été enlevés des décombres mais beaucoup demeurent. 
L'odeur de la mort est partout.

During the ceasefire Palestinians came back to salvage
 whatever they could from the rubble of their destroyed homes
Pendant la trêve les Palestiniens sont revenus pour essayer de sauver 
ce qu'ils pouvaient dans les décombres de leurs maisons détruites




Not only Shajaiya has been suffering, especially villages and cities all around the border did. During the ceasefire, we could enter Abasan, east of Khan Younis, adjacent to Khuza'a now physically occupied by the Israeli army. Abasan came under heavy bombings on Tuesday night. Many fled. Some were killed. Many houses were destroyed or heavily damaged. Bodies are still under the rubble.

 Shajaiya a souffert, mais n'est certainement pas la seule. En fait tous les villages et villes proches de la frontière ont subi de graves attaques.
 Pendant la trêve, nous avons pu rentrer dans Abasan, à l'est de Khan Younis, à côté de Khuza'a un autre village désormais physiquement occupé par l'armée israélienne. 
Abasan a subi des bombardements intensifs mardi soir. La plupart des résidents ont fui. Certains ont été tués. Beaucoup de maisons ont été détruites ou gravement endommagées. Des corps gisent encore sous les décombres.





Remains of 32-year-old Ibrahim Islaman Qabalan, on a stretcher in front of a home in Abasan village, East of Khan Yunis, July 27, 2014. Ibrahim was killed when ran back to help an elderly woman, his neighbor who was not able to leave on her own as the people of the area were fleeing Israeli bombings on Tuesday night. He was killed by a tank shell, the woman was injured, but survived.

Ce qui reste du corps de Ibrahim Islaman Kabala, 32 ans, sur une civière devant une maison dans le village d'Abasan. Ibrahim a été tué lorsqu'il est allé aider une femme âgée, sa voisine, qui n'était pas en mesure de quitter la maison seule lorsque que les habitants du quartier ont fui mardi soir les bombardements israéliens. Il a été tué par un obus, la femme a été blessée, mais a survécu.







  A resident of Abasan is under the shock of having found his house destroyed
Un habitant d'Abasan est sous le choc apres avoir retrouvé sa maison détruite


 A Palestinian looks through the window towards the direction of Khuza'a and the Israeli forces stationed there. Even during the ceasfire, nobody could enter.  We could see the Israeli soldiers and tanks. Warning shots were fired towards the residents who attempted to get closer. 

Un Palestinien regarde par la fenêtre dans la direction de Khuza'a: les forces israéliennes y sont stationnées. Même pendant la trêve, personne ne pouvait entrer. Nous avons pu voir les soldats et les chars israéliens. Des coups de semonce ont été tirés en direction des habitants qui tentaient de se rapprocher.


 Funeral of al-Najjar family. the family fled their village in Khuza'a to their relatives further west. 
They were bombed anyway, and 21 members of the same family were killed.
Funérailles de la famille al-Najjar qui a fui leur village de Khuza'a pour rejoindre leurs parents plus à l'ouest. Ils ont tout de même été bombardés. 21 membres d'une même famille ont été tués.


It was a home for four families.  / C'était une maison pour 4 familles


 Ismael al-Najaar, one of the only 3 survivors of the attack. Almost all the members of his close family are gone. In the foreground, this is her sister who saw him for the first time after the attack. Luckily she was elsewhere when the attack occurred. 

Ismael al-Najaar, l'un des seuls trois survivants de l'attaque. Presque tous les membres de sa famille proche ont disparu. Au premier plan, c'est sa sœur qui le voit pour la première fois après l'attaque. Heureusement, elle était ailleurs quand l'attaque s'est produite.

(c) Anne Paq/Activestills.org, Gaza, 26.07.2014

These are photos from yesterday. Today I needed to stay home to do some editing and rest a bit.

Yesterday was another exhausting day. We took advantage of the ceasefire to go around and document as much as we could. The level of devastation was shocking. We arrived at Abasan as the medics were taking out a body totally burned and only the below part remained. Palestinians were discovering with horror and despair their destroyed homes. Others were digging to find bodies. 
We wanted to enter adjacent Khuaz'a but that village remained a closed military zone. As residents approached, the Israeli soldiers fired warning shots. It was also devastating to meet one survivor of al-Najaar family. Almost the entire family was killed just before the ceasefire. They flew the bombings, only to find death. 
I could enter also further into Shajaiya.  A whole area has been leveled. We could only go to a certain point as they were Israeli snipers around.
Those hours of ceasefire only allowed us to have a small glimpse of the level of destruction and war crimes inflicted upon the Palestinians in Gaza.  We will need time to really understood what happened here, and even more to understand how this was even made possible. 

--------------------------------------Français----------------------------------------------------------------------------------


Ce sont des photos d'hier. Aujourd'hui, j'ai dû rester à la maison pour faire de l'édition et  me reposer un peu. 

Hier, c'était encore une journée exténuante. Nous avons profité de la trêve pour recueillir des temoignages autant que nous le pouvions. 
Le niveau de dévastation dans certaines zone est choquant. Nous sommes arrivés à Abasan alors que les secouristes amenait un corps totalement calciné dont il ne restait que la partie inférieure. Des Palestiniens du quartier découvraient avec horreur et désespoir leurs maisons détruites. D'autres creusaient encore pour trouver des corps.
Nous avons voulu rentrer au village adjacent à Khuaz'a mais ce village, situé à l'est de Khan Yunis, reste une zone militaire fermée. Alors que les habitants ont essayé de se rapprocher de l'entrée du village, les soldats israéliens ont tiré des coups de semonce. 
J'ai aussi rencontré un survivant de la famille al-Najaar. Presque toute sa famille proche a été tuée juste avant la trêve. Ils ont fui les bombardement de leur village, seulement pour trouver la mort un peu plus loin.
J'ai pu aussi rentrer dans Shajaiya. Tout un quartier a été pulvérisé à coups de bombes de 100 tonnes. Nous ne pouvions aller que jusqu'à un certain point car il y avait des snipers israéliens. 
Ces quelques heures de cessez-le feu ne nous ont permis que d'avoir un petit aperçu de l'ampleur des destructions et des crimes de guerre infligés aux Palestiniens dans la bande de Gaza. Nous aurons besoin de temps pour vraiment comprendre ce qui s'est passé ici, et encore plus pour comprendre comment cela a même été possible.