Saturday, February 28, 2015

Back to the West Bank- 10 years of the struggle in Bil'in














(c) Anne Paq/Activestills.org, Bil'in, West Bank, February 27, 2015

A break from Gaza; right into Bil'in demonstration. I would not miss the demonstration marking the 10 years of the struggle.

With Activestills, we organized a street exhibition with 100 photos that we have taken during the last 10 years.This is a very special village for my collective Activestills as this is where it was formed. Since 10 years we have been documented the demonstrations; and sadly also the funerals for the two persons - Bassem Abu Rahmeh and Jawaher Abu Rahmah- killed during the demonstrations.

Hundreds participate. As usual the Israeli soldiers repress the demonstrations, firing scores of tear gas canisters, 22-mm live ammunition and rubber-coated metal bullets. At least three activists were arrested and several were injured.

Journalists were also assaulted. Many sound bombs were thrown directly at them.

read a previous article I wrote about what Bil'in represents for me:
http://chroniquespalestine.blogspot.com/2011/07/bilin-i-love-you.html


-----Français----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je fais une pause avec Gaza ; mais à peine avais-je eu le temps de poser mes sacs que je me suis retrouvée à la manifestion à Bil'in. Je ne pouvais pas manquer la manifestation marquant les 10 ans de la lutte contre le Mur.

Avec Activestills , nous avons organisé une exposition de rue avec 100 photos que nous avons prises au cours des dix dernières années. C'est un endroit très spécial pour nous puisque c'est vraiment de Bil'in que nous sommes nés. En tant que photographes indépendants, nous nous rendions à ces manifestations pour les mêmes raisons, mais sans vraiment de plateforme pour publier nos photos. Les médias généralistes n'en voulaient pas, alors les fondateurs d'Activestills ont décidé de créer leur propre plateforme et je les ai rejoint peu après.
En dix ans beaucoup de choses se sont passées. Le collectif s'est dévéloppé, le Mur est toujours là même s'il a été repoussé un peu plus loin par une décision de justice.
Nous avons documenté depuis 10 ans la chronique de cette lutte épique, y compris malheureusement aussi les funérailles des deux personnes - Bassem Abou Rahmah et Jawaher Abu Rahmah- tués lors de ces manifestations .

Des centaines ont rejoint les residents ce vendredi pour la manifestation. Comme d'habitude les soldats israéliens ont réprimé les manifestations, en tirant des dizaines de grenades lacrymogènes , des balles réelles (22 mm) et des balles en métal recouvert de caoutchouc . Au moins trois militants ont été arrêtés et plusieurs ont été blessés .

Les journalistes ont également été agressés . Beaucoup de bombes sonores ont été jetés directement sur eux.


Pour en savoir plus sur un article précédent que j' ai écrit sur ce Bil'in représente pour moi :
http://chroniquespalestine.blogspot.com/2011/07/bilin-i-love-you.html





Friday, February 20, 2015

Gaza Storm, 19.2.2014






(c) Anne Paq/Activestills.org, Gaza, 19.2.2015

The storm is still here...wind is very strong and there were some heavy rains yesterday. As usual, due to poor infrastructure, the streets of Al-Shati camp were flooded.
I have been visiting many makeshift shelters the last days- poor infrastructures made out of plastic, woods and sheet metal- and I am wondering how the families cope with the weather. This is not fun for them. Most are deprived of electricity or heaters. This just adds to an already very miserable situation.

-----Français--------------------------------------------------------------------------

La tempête est toujours là ... le vent souffle très fort et il y eu des fortes pluies hier. Comme d'habitude, en raison des infrastructures défaillantes, les rues de camp d'Al-Shati ont été inondées.
Ces derniers jours, je me suis rendue dans plusieurs abris de fortune- fabriqués à partir de toiles de plastique, des bouts de bois et de la tôle et je me demande comment les familles arrive à faire face à cette tempête. Ce n'est pas amusant pour eux. La plupart sont privés d'électricité ou de chauffage. Le mauvais temps ne fait que détériorer une situation misérable. Il pleut souvent sur les gens déjà mouillés.




Friday, February 13, 2015

Just a little bit of breathing / Une petite bouffée de respiration , 13.2.2015











(c) Anne Paq/Activestills.org, February 13, coast of Gaza city, 2015

Today I decided to take it easy and the most natural place to go to breathe was the beach and the harbour.

The sea remains one of the few open space where Palestinians from Gaza can go and try to relax despite a very dire humanitarian situation and the trauma following the last summer Israeli military offensive.

Tonight the strong wind is back..affecting tens of thousands of displaced Palestinians. So do not take these photos for a "glimpse of hope": the situation is still desperate and outrageous.

Its just about breathing a little, and trying to forget in the strong winds the tons of problems and the uncertainty of the future.


-----Français------------------------------------------------------------------------------------------------------

Aujourd'hui j'ai décidé d'avoir un jour un peu plus relaxant et l'endroit le plus naturel pour aller respirer ici est la plage et le port.

La mer offre l'un des rares espace ouvert où les Palestiniens de Gaza  peuvent se rendre pour essayer de se détendre en dépit d'une situation humanitaire désastreuse et le traumatisme suite à l'offensive militaire israélienne de l'été dernier .

Ce soir, le vent fort est de retour..affectant des dizaines de milliers de Palestiniens déplacés  qui vivent souvent dans des abris précaires. 
Alors ne prenez pas ces photos comme représentant une lueur d'espoir, la situation est toujours désespérée et insupportable.

Il s'agit de juste reprendre un peu sa respiration, et essayer d'oublier dans les grandes bouffées de vent les milliers de problèmes et le futur incertain.

Wednesday, February 11, 2015

A storm in Gaza /Une tempête à gaza












 (c) Anne Paq/Activestills.org, Gaza, 11/02.2015

As I can still hear very strong wind, thinking about all the displaced Palestinians who live in makeshift shelters and damaged houses.

Alors que j'entends toujours le vent,  je pense à tous les Palestiniens déplacés qui vivent dans des abris de fortune, des maisons à moitié démolies.

Monday, February 09, 2015

Back to Gaza, 07.02.2015




(c) Anne Paq/Activestills; Gaza, 07.02.2014

Yes I am back after quite a very necessary break.
The situation on the ground is still a disaster (made by men). Anger and frustration everywhere.
More updates soon.
Also about the square photos; I am on Instagram @Anne Paq

----------------------------

Voilà, je suis de retour après une pause très nécessaire.
La situation sur le terrain est toujours une catastrophe (faite par les hommes). La colère et la frustration sont partout.
Plus de photos très vite.

Aussi à propos des photos carrées:  je suis sur Instagram @Anne Paq

Tuesday, January 20, 2015

"Impossible to forget"-Shattered families from Gaza deadly summer / "Impossible d'oublier"- Des familles décimées cet été à Gaza




Left: Nabil, a vegetable farmer, and Bader (4), his only child who survived the attack. Nabil, whose left arm had to be amputated, lost his wife, Shirin, and four children: Mustafa (9), Ghaida (7), Abdulrahman (6) and Dalal (9 months). Bader lost a kidney due to his injuries, and is afraid to leave the home. The extended family was hit by two missiles as they were fleeing in the street, just a few meters from their doorstep. Twelve family members were instantly killed, including two of Nabil’s brothers. Another family member, 16-year-old Mohammed, died in November from his injuries while receiving medical treatment in Turkey.

Right: The dress that Nabil bought for his daughter Ghaidaa for Eid, the celebration at the end of Ramadan, hangs next to a poster with the photos of his loved ones who were killed. Nabil said: “It’s very difficult. It’s shocking to lose the people who represent all my memories. It’s impossible to forget.”
                                            ---------
You may have wondered where I have been the past two months. Well after my last stay in Gaza,  I did quite a lot of travelling and catching up with life, friends and families. 
It was badly needed after a very difficult year.
 I am currently in Brazil having some good time (will post a few pics), and trying to disconnect before going back to Gaza to continue my work on the aftermath.

I was just published on Electronic Intifada, this is an on-going investigation on the families whose lives were shattered this summer during which 142 families lost at least three members. How can we comprehend such loss? How do the survivors cope?

This is undeniably the most difficult project I have undertaken. 

More here:

--Français--------------------------------------------------------------------------------------------

Photo:
Gauche : Nabil , un agriculteur, et Bader ( 4 ans ) , son seul enfant qui a survécu à l'attaque . Nabil , dont le bras gauche a dû être amputé , a perdu sa femme  Shirin , et ses quatre enfants : Mustafa (9 and)  Ghaida (7 ans) , Abdulrahman (6 ans) et Dalal (9 mois) .

Bader a perdu un rein en raison de ses blessures, et a peur de quitter la maison . La famille élargie a été frappée à quelques mètres de leur porte par deux missiles alors qu'ils fuyaient.
Douze membres de la famille ont été tués sur le coup , dont deux des frères de Nabil . Un autre membre de la famille, Mohammed (16 ans) est décédé en Novembre de ses blessures alors qu'il était soigné en Turquie .

Droite: La robe que Nabil avait acheté pour sa fille Ghaidaa pour l'Aïd , la célébration à la fin du Ramadan, pend à côté d'une affiche avec les photos de ses proches qui ont été tués . Nabil a déclaré: « C' très difficile. Il est choquant de perdre les gens qui représentent tous mes souvenirs . Il est impossible d'oublier " .

                       --------
Vous vous êtes peut-être demandé où je suis passée ces deux derniers mois.

En fait, après mon dernier séjour à Gaza, j'ai beaucoup voyagé et essayé de profiter de la vie, retrouver les amis et passé du temps avec ma famille. Il était nécessaire de faire une pause et de reprendre mon souffle après une année très difficile . Je suis actuellement au Brésil pour du bon temps ( je posterai quelques photos ) , et j'essaye de "déconnecter" avant de retourner à Gaza pour poursuivre mon travail sur les conséquences de cet été.

Je viens d'être publiée sur Electronic Intifada. C'est mon travail en cours sur les familles dont les vies ont été brisées cet été où 142 familles ont perdu au moins trois membres . Comment pouvons-nous comprendre ce que signifie cette perte ? Comment les survivants font face ?

C'est indéniablement un de mes projets les plus difficiles à porter :

Plus ici:

Sunday, November 09, 2014

Gaza année zero: Khuza'a, Gaza Strip, 9.11.2014


(c) Anne Paq/Activestills.org,  Khuza'a, Gaza Strip, 9.11.2014

No comment./
Because, sometimes, you just want to share a photo

Sans commentaires. 
Parce que des fois, il s'agit juste de partager une photo